top of page
  • Catherine Luminet

Et la déontologie, c'est en option ?

Dernière mise à jour : 3 août 2023

Autrement formulé : dois-je remercier mes consœurs et confrères indélicats ? 😳


Je m'interroge, parce que je rencontre de plus en plus de personnes, qui ont déjà eu une expérience plus que désagréables en hypnose :

- Untel s’est vu proposer de fixer directement les 6 prochains rendez-vous en hypnose, avant même le début de l’entretien d’anamnèse.

- Unetelle est sortie de transe avec le visage du praticien très proche (trop proche) du sien. Malaise. On la comprend.

- Unetelle s’est retrouvée hors du cabinet en moins de 5 minutes après la sortie de la transe hypnotique, forcément un peu perdue.

- Untel a entendu lors d’un premier rendez-vous sur ses problèmes de sommeil un jugement sévère sur sa relation avec ses parents, ce qui en plus de le heurter directement lui a paru totalement hors de propos. Il a eu beaucoup de mal à « lâcher prise » pour la suite de la séance ; on pouvait s’y attendre.

J’en passe et des pires que ça.

Clairement, ces pratiques décrédibilisent notre métier.


Alors, je voudrais rappeler quelques règles simples de déontologie :

1- On ne sait pas, jamais, de combien de séances d’hypnose exactement aura besoin notre client. Mais ce qu’on sait, c’est que si on définit clairement l’objectif et que l’on travaille sérieusement dessus, une ou deux séances sur une thématique précise pourraient bien être suffisantes.

Alors, oui, je sais que parfois il en faut plus.

Oui, je sais aussi que souvent, mes clients veulent travailler ensuite une autre thématique, puis parfois encore une autre ; et que ça pourrait bien nous mener à 8 ou 9 séances au total.

Parfois aussi, les clients souhaitent faire une pause après la première problématique, puis ils reviennent après quelques mois pour une autre.

Mais je ne peux rien savoir de tout ça à l’avance. Donc « enchainer » le client avec ces 6 rendez-vous à suivre, c’est fort peu professionnel. Et au pire, ça dit que le praticien est peut-être incapable de vous aider à résoudre votre problématique : l’hypnose fait partie des « thérapies courtes » !


2- De nombreux clients craignent de lâcher-prise au-delà de ce qu’ils souhaitent avec la transe hypnotique. Images malaisantes des spectacles d’hypnose, peur de la première expérience, manque de confiance dans le praticien qu’ils ne connaissent pas encore… c’est à nous, praticiens, de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour rassurer, banaliser la transe hypnotique, qui est et reste un état globalement agréable et sécure, dans lequel on peut accéder à des ressources qu’on ne sait pas encore trouver consciemment. On peut réussir des choses difficiles ou désagréables en état d’hypnose, et cela reste confortable en général.

Vous travaillez avec un professionnel : cela devrait garantir votre sécurité et votre confort.


3- Accompagner quelqu’un, ce n’est pas avancer plus vite que lui, ou l’amener contre son gré plus loin qu’il ne le souhaite. C’est au contraire rendre son voyage avec nous plus facile. C’est l’encourager à explorer un chemin qui l’effraie peut-être un peu ou sur lequel il n’ose pas encore aller seul. Mais c’est toujours aller à son rythme. Donc si quelqu’un pense que le chemin est parcouru, c’est cette personne qui a raison. Même si moi, j’ai perçu d’autres choses à travailler. Je peux proposer, mais pas décider à sa place.

Ce client reviendra, plus tard, quand il sera prêt. Quand il en aura besoin. Parce qu’il a confiance en moi, parce que je l’ai respecté.


En tant que praticienne adhérente à une association professionnelle, j’ai signé une charte déontologique. Je la respecte et je respecte mes clients.

Et je continue à me former, ce qui me permet de réinterroger mes pratiques régulièrement.


Alors, dans une certaine mesure, oui, je devrais pouvoir remercier mes consœurs et confrères indélicats : leurs anciens clients voient la différence quand ils deviennent les miens.

Mais dans le fond, je souhaiterais surtout que tous les praticiens soient « réglos » avec leurs clients. Nous aurions tous à y gagner. Nos clients aussi.


A noter : mes clients ne sont pas des patients, parce que je ne suis pas médecin, infirmière ou soignante diplômée. Je suis praticienne en hypnose, formée et certifiée par les centres de formation.

43 vues0 commentaire

Comments


bottom of page