top of page
  • Catherine Luminet

Bonnes résolutions, comment s'y tenir ?


Les bonnes résolutions font leur rentrée en septembre, elle aussi. Et elles recommencent en janvier. Et parfois la date de notre anniversaire est une autre occasion de prendre des bonnes résolutions. C’est classique, on y passe tous : à ces dates-repères, on se fixe des objectifs et des moyens d’action.

Tout le monde aura reconnu les « Cette année je vais courir tous les midis », « Cette année, j’économise tous les mois pour les vacances », « Je perds 6 kilos d’ici aux fêtes de fin d’année », et autres « Cette année, je prends soin de moi ».


Si l’intention est positive et légitime, l’expérience montre que, le plus souvent, on ne tient malheureusement pas la distance.

Objectif trop ambitieux, et manque de temps ou d’énergie sur le long terme sont les raisons les plus fréquentes de l’abandon de bonnes résolutions.


En coaching, on le sait bien, il y a plusieurs facteurs qui permettent de « tenir la distance :

Chemin de randonnée avec dénivelé important

- Un objectif atteignable.

Compliqué de projeter courir un marathon en mars si en septembre vous démarrez l’activité physique. Un objectif trop ambitieux décourage.

En revanche, un premier objectif atteignable dans un délai raisonnable peut être ensuite suivi d’un second, plus ambitieux et surtout devenu à votre portée.


- Un objectif réalisable.

Compliqué de pouvoir courir tous les midis si vous déjeuner toujours avec vos clients. Un objectif qui n’a aucun moyen d’être mis en place risque fort d’être abandonné avant même la fin du mois.

En revanche, un objectif qui a une place dans votre organisation personnelle et familiale a toutes les chances d’être atteint.


- Un objectif mesurable.

Compliqué de tenir la route avec l’objectif « Je prends un peu de temps pour moi cette année ». Un peu c’est quoi ? Un peu, c’est combien ? Un objectif que vous ne pourrez pas mesurer vous découragera.

En revanche, un objectif que vous pouvez quantifier, mesurer, objectiver, celui-là, oui, il a toutes ses chances parce que vous vous verrez le réaliser.


- Un objectif désiré.

Compliqué de se projeter dans un objectif qu’on n’a ni envie ni besoin d’atteindre. Pourquoi se mettre à la course si on déteste ça ? Un objectif qui n’est pas la vôtre, qui ne vous fait pas rêver est le plus souvent voué à l’échec.

En revanche, s’il correspond à un besoin, à un désir fort ou partagé, là, il devient important pour vous et vous mettrez probablement tout en œuvre pour le réaliser.


- Un objectif daté.

Compliqué de se projeter dans un avenir incertain. Une première échéance de bilan un peu proche, et hop, c’est plus facile !


Il y a bien sûr d’autres facteurs plus personnels à prendre en compte, mais si déjà votre objectif est atteignable, réalisable, mesurable, souhaité ou partagé, et daté, vous tenez le bon bout !


Un coaching peut vous aider à vérifier tous ces points et à mettre en œuvre ce que vous souhaitez, qu’il s’agisse de changer de métier, courir un marathon, ou déménager (liste non exhaustive).


Nous pouvons en discuter au 07.50.70.57.39.


23 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page